• La stratégie du chaos

    LA STRATÉGIE DU CHAOS

     Depuis la rentrée, les soubresauts nationaux s’enchainent à vitesse vertigineuse (lire la note Une rentrée de punk). Jour après jour, le malaise social croit, la colère populaire enfle, le fossé entre élites dominantes et peuple souverain se creuse.

     

    C’est une faille ! C’est un fossé ! C’est un gouffre ! Que dis-je c’est un gouffre ? C’est un trou noir…

     

     Point d’orgue de toutes les exaspérations : le phénomène gilets jaunes

     

    Bien plus qu’un mouvement de râleurs contre la hausse des prix à la pompe, c’est un véritable catalyseur de révolte nationale contre l’ensemble des injustices, des moqueries, des vols, des escroqueries, des brimades, des mensonges et des manipulations du gouvernement.
    Et pourtant, que fait-il, le gouvernement ? Il attise les rancœurs et souffle sur les braises de la déception. En jouant de provocations, de cynisme et d’orgueil mal placé, le président royaliste scie un peu plus la branche, l’arbre, carrément la forêt de citoyens sur laquelle il s’est assis, tel un trône.

     

    Alors que tout s’écroule autour de lui (même les immeubles à Marseille, sordide allégorie de l’état de la France…), le petit prince poursuit sa rêverie royale dans son monde d’ultra privilégiés. Serait-ce possible qu’il fût atteint de troubles mentaux, ou de lésions auditives graves suite aux raves de ses années folles de jeune loup banquier ? Non, me dites-vous ?

     Quelle est cette stratégie immorale du gouvernement ?

     À quel jeu macabre les élites jouent-elles pour être sourdes à ce point aux attentes d’une nation souveraine, démocrate et républicaine ? Quelle stratégie vise à pousser les gens à bout, à les écraser sous les ponctions fiscales continues, à les exciter comme on agite des foulards rouge-sang sous le nez du taureau dans une corrida ?

     

    En somme, quelle est l’ambition du pouvoir, qu’il soit à l’Élysée, à Bruxelles (ou à Bildeberg), à pousser les masses à commettre les fautes d’une révolte violente ? Qu’a-t-elle à y gagner en obtenant des émeutes : la loi martiale ? Les pleins pouvoirs ? La refonte de la constitution pour abolir les droits légaux, politiques, associatifs du citoyen ? Qu’est-ce qu’ils visent : le droit de manifester, le droit de s’informer autrement, de consommer, de manger autrement ?
    Quel agenda Emmanuel Macron poursuit-il, fils de la finance mondialisée et loin d’être stupide comme on aimerait le croire (n’oublions jamais qu’il n’est pas un serviteur de la nation, mais un serviteur du capital et des profits, un « Young Urban Professional » ayant fait ses armes dans les banques) ?

     

    Le chaos présent n’est pas un chaos né du hasard, ni des conjonctures mondiales, ni des fluctuations hypothétiques des cours de la Bourse, etc. Le chaos présent est orchestré, voulu, programmé et assumé par ceux qui nous dirigent.

     

    Et ce chaos, c’est exactement cela le « nouveau monde » que nous promettait l’équipe macronienne durant la campagne de 2016-2017. Le « nouveau monde » c’est celui de la duperie, du double langage (le « en même temps »), du discours positif en toute circonstance pour faire oublier l’horreur capitaliste et matérialiste, un monde sans âme. Bref : le monde du faux.

     

     

    À rester sourd aux attentes de la nation, le gouvernement s’en va au-devant de lourdes conséquences dont il aura la pleine et entière responsabilité.

     

    L’attente d’évolution va se transformer en révolution pure et simple du peuple contre les dirigeants, car là où il n’y a plus évolution, ni horizon ou destin collectif, c’est qu’il y a stagnation, donc régression.

     

    Et pour sortir du marasme, il faudra en passer par la case « révolution », une rotation complète, comme dans une centrifugeuse qui dégage les miasmes pour ne garder que l’essence (on pourrait tenter ici le jeu de mots « essence-gilets jaunes », un truc du genre. Mais non, je nous l’épargne !

     Le monde d’Emmanuel Macron est un trou noir, qui signe la fin de l’ancien monde :

     

    « Finalement, le processus se termine avec une explosion qui marque la disparition du trou noir » (Stephen Hawking)

    Tout est dit, et c’est de l’astrophysique ! Le véritable nouveau monde lui, émerge sûrement à la lumière du sursaut d’âme de la France, grâce aux citoyens qui sortent de leur silence pour faire entendre leurs voix et qui s’organisent « bio-logiquement », dans le respect du vivant, des humains et de la nature. C’est cela une civilisation des justes relations : une société organisée harmonieusement, sans disparités révoltantes et sans traitements différents pour une caste de privilégiés d’un côté et les autres, les… sans-dents.

     Souhaitons bonne continuation et courage aux gens de ce pays animés par la soif de justice et qui se mobilisent pour faire valoir leurs droits et les justes relations. Et enfin, ayons une pensée pour ceux qui persistent à servir un gouvernement inique, à rebours du Bien de l’Ensemble. Brutale sera la chute…

     

    Confucius, un dernier mot ?
    « Sous un bon gouvernement, la pauvreté est une honte ; sous un mauvais gouvernement, la richesse est aussi une honte ».

     

    Source : https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/la-strategie-du-chaos-209939

    « Histoire de La pilule contraceptive Un intellectuel musulman prône un "islam protestant" »
    Partager via Gmail Technorati Yahoo! Google Bookmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :