• Partager via Gmail Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Résultat surprenant .

    Partager via Gmail Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Bravo a ces merveilleux enfants de l Algérie . MERCI A NOTRE PEUPLE .

    Partager via Gmail Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • LA FACE CACHÉE DE LAKHDAR BRAHIMI

     

    Ancien ambassadeur d’Algérie à Londres, ancien conseiller du président Chadli Benjedid, ancien conciliateur des Libanais, ancien haut diplomate au Zaïre, ancien ministre des Affaires Étrangères, ancien haut fonctionnaire à la Ligue arabe, ancien envoyé spécial de Kofi Anane à Bagdad, proche de la famille Bush et de CNN où il plaça sa fille comme correspondante en Jordanie…. Permettez-moi de vous donner une autre facette de cet homme au fabuleux destin.

    Ce natif de Bir Ghebalou dans la wilaya de Bouira, est né d’un père Caïd, et de mère elle aussi issue d’une famille de Caïds. Ces deux familles ont fait saigner à blanc, en toute impunité, la population de Bir Ghebalou, Aïn Bessem, Battam et Sedraya, régions où s’étendent, aujourd’hui encore, leurs immenses biens terriens spoliés aux pauvres fellahs au temps de l’Algérie française. Féodaux jusqu’au bout de leurs burnous rouges, fidèles et loyaux à la France coloniale, ils ont exproprié des dizaines de familles de leurs terres avant de les transformer en Khemmassine (1)
    Après des études en France payées par la sueur de leur khemmassine et la générosité de la France, il retourne dans l’Algérie indépendante, en 1964, sur le conseil de la France, la nomenklatura algérienne d’alors, propulse Lakhdar au poste d’ambassadeur d’Algérie en Angleterre et son frère Miloud, avocat au barreau d’Alger.
    Lakhdar, diplomate ou hypocrite, opportuniste ou fin calculateur, a toujours su arracher les bons postes aux bons moments. Il faut dire que sa famille avait clairement choisi son camp, dès l’invasion de l’Algérie par la France.
    En bon père de famille, Monsieur Brahimi, a réussi à placer ses trois enfants dans les meilleures universités de Londres et de Paris. Les trois enfants n’ont jamais étudié en Algérie, pourtant, ils ont bénéficié de bourses d’État de plusieurs dizaines de milliers de francs français. Durant toutes leurs études, le franc coulant à flot, ils en ont profité pour s’offrir chacun son propre appartement à Paris et à Londres.
    L’ancien envoyé spécial à Bagdad et ami des Bush, maria récemment sa fille Rym au frère du Roi Abdallah de Jordanie. Il place son fils aîné Salah dans une énorme société américaine de consulting pour blanchir l’argent du sérail en lui faisant gagner des contrats juteux avec les sociétés algériennes du secteur public. Son fils cadet Salem, est propulsé à la tête d’une grande société de production audiovisuelle qui se taille la part du lion à l’ENTV pour produire des films et documentaires d’une qualité douteuse mais surtout pour revendre des séries américaines bas de gamme sous titrées.
    À la retraite, Lakhdar Brahimi, en toute loyauté et fidélité, retrouve le pays de son enfance, la France, où il coule des jours heureux dans une très belle demeure du quartier le plus huppé de Paris.
    Un certain Mohamed Chafik Mosbah, ancien officier supérieur du DRS, qui s’est autoproclamé journaliste, est un des amis de notre Lakhdar Brahimi National. Avez-vous sans doute pris connaissance de l’interview interminable donnée par Lakhdar Brahimi au « journaliste » MC Mosbah, parue dans « Le Soir d’Algérie » ?
    Et quand vous aurez vu le film « Hors la loi » de Rachid Bouchareb, vous comprendrez pourquoi, le bientôt nonagénaire Lakhdar Brahimi, en bon fils de Caïd, s’était déplacé à l’institut du monde arabe pour voir, par nostalgie, comment les Caïds traitaient les indigènes. Dans le film, c’est Jamel Debbouz qui incarnait le cadet de ces deux frères combattants tombant en martyrs. Il se rend à la somptueuse maison d’un Caïd pour lui administrer le coup fatal : il l’éventra à l’arme blanche pour venger nos khemmassine et nos vaillants martyrs….


    (1) Khemassines, pluriel de Khemmas, appellation que l’on donnait à ceux qu’on a contraint à vendre leur terre au franc symbolique. Privé de sa terre, le khemmas survivra en travaillant la terre des féodaux nommés Caïds par l’administration française. Le khemmas perçoit en blé le 1/5 de la récolte.

    Là où ce monsieur met son pied c’est la guerre civile qui s’ensuit ; l’exemple étant l’irak, la Syrie et l’Afghanistan. il n’a rien à voir avec l’Algérie ; au contraire, c’est l’Algérie qui lui a tout donné, c’est au nom de l’Algérie qu’il a pu se faire un nom. Qu’il aille hiberner dans les palais de son beau-fils, le prince de Jordanie…

    Quelqu’un d’honnête aurait dit la vérité à Bouteflika en 2014 pour le 4e mandat ; lui, au contraire, il a cautionné sa candidature. Peuple méfiez-vous des moujahidine de 19 mars 2019, ils sont pire que les moujahidine de 19 mars 1962.

    Avec Ramtane Lamamra, l’homme lige des Occidentaux, nouveau vice-premier ministre -un poste spécialement créé pour lui par décret alors qu’il n’existe pas dans la Constitution – et ministre des Affaires étrangères, il forme une paire dont il faudra se méfier.

    Source : https://www.lelibrepenseur.org/qui-est-lakhdar-brahimi-le-faire-valoir-de-bouteflika/

    Note importante :Le blog se dégage de toute responsabilité des articles ne comportant pas sa signature.

    Partager via Gmail Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires