• Décès du comédien et metteur en scène Hamid Remas

    Publication: 25/11/2016 18h40 CET Mis à jour: 25/11/2016 18h40 CET
     
     

    Adieu L'Ami .

     
     

    Le comédien et metteur en scène algérien Hamid Remas est décédé vendredi à l’âge de 67 ans des suites d’une longue maladie, ont annoncé ses proches.

    Né en 1949 à Oran, Mohamed Remas, passionné d’art, s’inscrit dès son jeune âge au conservatoire d'Oran et à l'Association artistique et culturelle "El masrah wa cinéma" et suit des cours de théâtre et de musique où il apprit à jouer à l’accordéon.

    Jeune athlète également, il rejoint le club de l'ASPTT d'Oran comme sprinteur du 100 et 200 m haies dans les catégories cadet, junior et senior.

    En 1967, il participe avec succès au concours d’entrée à l'Institut national d'art dramatique de Bordj El Kiffan à Alger (actuellement Institut supérieur des métiers des arts du spectacle, ISMAS) où il se consacre à son métier de comédien et de metteur en scène.

    Membre fondateur d’une troupe théâtrale, créée en 1973 sous l'égide du ministère de la Jeunesse et des sports, avec, entre autres, Fellag, Sonia, Mahcene Amar et Marir Djamel.

    Il animait en parallèle des émissions de radio sur la Chaîne 3 de la Radio algérienne.

    Hamid Remas intègre à partir de 1975, en qualité de comédien, le théâtre d'Annaba et de Constantine (TRAC) sous la direction de Sid Ahmed Agoumi.

    Le défunt est engagé en 1976 comme animateur par la direction générale des affaires sociales et culturelles de Sanatrach où il fonde la troupe de théâtre pour adulte et enfants.

    Comédien en 1979 au Théâtre national Mahieddine Bachtarzi (TNA), il interprète plusieurs rôles dans différentes pièces dans les genres populaire et universel et met en scène plusieurs spectacles.

    Parmi les pièces de son parcours artistique figurent "El bedla el Baida" de Ray Bradbury, "El biaa" d'Alaoua Boudjadi, "Forja" ou "Besma" dont il a écrit le texte.

    A Paris, il est également distribué dans plusieurs pièces dont "Les Fusils de la mère Carrar" de Bertolt Brecht, "Chantiers navals" et "La pluie" de Rachid Boudjedra, sous la direction du metteur en scène Antoine Caubet.

    Au cinéma et à la télévision, le défunt a incarné plusieurs rôles notamment dans "Le Moulin de monsieur Fabre" et "Mustapha Ben Boulaïd" d'Ahmed Rachedi, "Hassan Taxi" de Slim Riad, "Ah ya Hassan" et "La voisine et Archipels de sable" de Ghouti Bendeddouche, "Rachida" de Yamina Bachir-Chouikh, "La dernière solution" de Rachid Bennallal, "Voyage à Alger" d'Abdelkrim Bahloul et "Parfums d'Alger" de Rachid Benhadj.

    Hamid Remas sera inhumé vendredi au cimetière de Cherchell (ouest d’Alger) après la prière d’El Asr.

    Inna lilah wa ilayhi nardji3oune . Allah yarahmak khoya Hamid .Tu fus un homme de Bien toute ta vie .

     

    Partager via Gmail Technorati Yahoo!

    votre commentaire
  • Fidel Castro : le père de la Révolution cubaine et grand ami de l’Algérie s'en va

    26 Nov, 2016 | 08:12 
     

    Le leader cubain Fidel Castro arborant les couleurs nationales algériennes. D. R.

    Le leader cubain Fidel Castro arborant les couleurs nationales algériennes. D. R.

     

     

     

     

     

    Le père de la Révolution cubaine et grand ami de l’Algérie Fidel Castro est décédé vendredi soir à La Havane à l’âge de 90 ans, a annoncé son frère Raul, qui lui a succédé au pouvoir en 2006. «Le commandant en chef de la Révolution cubaine est décédé à 22 h 29 ce soir», a annoncé Raul Castro en lisant une déclaration sur l’antenne de la télévision nationale. «L’organisation de l’hommage funèbre qui lui sera donné sera précisée ultérieurement», a-t-il ajouté dans cette brève allocution, concluant son annonce par l’antienne du Comandante, «Jusqu’à la victoire, toujours !». Le Lider Maximo, qui a dirigé Cuba depuis la révolution de 1959 et défié la superpuissance américaine pendant plus d’un demi-siècle, avait cédé le pouvoir à son frère Raul à partir de 2006 après une hémorragie intestinale. Il avait abandonné en avril 2011 ses dernières responsabilités officielles, en cédant son poste de premier secrétaire du Parti communiste de Cuba (PCC) à Raul, numéro deux du parti depuis sa fondation en 1965.

    L’ex-président cubain avait totalement disparu des écrans cubains entre février 2014 et avril 2015, ce qui avait alimenté de nombreuses rumeurs sur son état de santé. Mais depuis un an et demi, même si ses déplacements restaient limités, il avait recommencé à publier des «réflexions» et s’était remis à recevoir chez lui personnalités et dignitaires étrangers, dont le Premier ministre Abdelmalek Sellal lors de sa visite à La Havane en octobre dernier.

    Fidel Castro, dont la dépouille sera incinérée ce samedi, a ému les Algériens lorsqu’il s’est montré, dans une de ses rares apparitions publiques, arborant la tenue sportive officielle de l’équipe nationale algérienne de football, en hommage à ce pays qu’il a toujours aimé.

    Durant la guerre de Libération nationale, Fidel Castro envoya un navire cubain, Bahia de Nipe, avec à son bord une importante cargaison d’armes et de munitions pour venir en aide aux moudjahidine, tandis que des conseillers militaires cubains avaient été chargés d’assurer l’instruction des membres de l’Armée de libération nationale au maniement de ces armes. Près de quatre-vingts soldats de l’ALN blessés furent envoyés à Cuba pour y être soignés, ainsi que vingt enfants des camps de réfugiés, orphelins pour la plupart, qui furent pris en charge par l’Institut cubain d’amitié avec les peuples (Icap).

    «Une péripétie de l’histoire commune de deux peuples et deux révolutions empreintes de cet attachement au principe sacré de la solidarité et qui marque pour la Révolution cubaine la première action internationaliste du genre dans le continent africain ; et pour l’Algérie tout ce que l’indépendance et la libération du joug du colonialisme quelques mois plus tard et les orientations progressistes qui s’en suivront apporteraient dans la pratique aux mouvements de libération nationale et aux luttes contre les dictatures en place en Amérique latine et dans le monde. Un autre sujet d’intérêt qu’il faudra aborder un jour et enseigner à nos enfants dans les écoles», écrit le journal Alger Républicain, qui définit on ne peut mieux les liens forts qui existent entre l’Algérie et Cuba, deux bastions de la lutte contre l’hégémonisme et la domination.

    Karim B./Agences

    Partager via Gmail Technorati Yahoo!

    votre commentaire
  • Le FMI nie avoir reçu le prêt de 5 milliards de l'Algérie : le PT veut des explications!

    Louisa Hanoune
      Louisa Hanoune

    Louisa Hanoune fulmine et interroge devant ce nouveau scandale. Où sont les 5 milliards que le gouvernement dit avoir prêter au FMI en 2012 ?

     

    Serait-ce un énième scandale qui éclate ? Louisa Hanoune, présidente du Parti des travailleurs, vient de jeter un pavé dans la mare. "Si les experts du FMI, qui avaient visité le parlement algérien il y a peu, nient avoir reçu un prêt de la part des autorités algériennes en 2012, qu’on nous explique alors où est passé cet argent ?", lançait-elle devant ses militants à l’ouverture hier, de son bureau politique. Avant de renchérir et de recommander "l’arrêt immédiat des tractations si la procédure n’avait pas encore abouti".

    Pour rappel, en 2012, le ministère des finances avait annoncé sur son site officiel, l’octroi, au FMI, d’un prêt de 5 milliards de dollars. "L’Algérie a décidé de participer à l'emprunt lancé par le Fonds monétaire international (FMI) avec un montant de 5 milliards de dollars", pouvait-on lire dans un communiqué commun du ministère des Finances et de la Banque d'Algérie.

    À l’époque Karim Djoudi, alors ministre des Finances, avait révélé que le FMI avait sollicité l’Algérie, car elle disposait d’un excédent financier confortable et qu’elle pouvait aider le Fond Monétaire Internationale à renflouer ses caisses et à faire face à la crise mondiale (*).

    Quatre ans plus tard, l’Algérie frappe aux portes de ce même créancier: la roue tourne, et nos têtes aussi !

    Hebib Khalil

    (*) Lire sur Liberté Algérie : L’Algérie prête 5 milliards de dollars au FMI

    Partager via Gmail Technorati Yahoo!

    votre commentaire
  • Peinture à l'huile .Mohamed Aib .Nov 2016.

    Partager via Gmail Technorati Yahoo!

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires