• Une française qui monte

    Aigle Azur ouvre ses portes à un géant chinois

    Par Valérie ColletMis à jour le 23/10/2012 à 21:44 | publié le 23/10/2012 à 20:18

    HNA n'a déboursé que «quelques dizaines de millions d'euros» pour s'inviter au conseil d'administration d'Aigle Azur.
    • Le chinois HNA s'offre près de la moitié de la compagnie pour quelques dizaines de millions.

    C'est en grande pompe, à l'hôtel George V, à Paris, que les dirigeants du groupe chinois HNA, propriétaire de Hainan Airlines, la quatrième compagnie aérienne chinoise, et ceux d'Aigle Azur ont signé mardi un accord «historique». Pour la première fois, un groupe chinois s'offre près de la moitié d'une compagnie aérienne française en rachetant 48 % du capital à la famille Idjérouidène propriétaire d'Aigle Azur. La réglementation européenne limite en effet à 49 % la prise de participation d'un groupe extracommunautaire dans une compagnie aérienne européenne. Une aubaine pour le géant asiatique du transport aérien, du tourisme et de la logistique. Selon nos informations, HNA n'a déboursé que «quelques dizaines de millions d'euros» pour s'inviter au conseil d'administration d'Aigle Azur. Un chiffre à comparer au chiffre d'affaires du conglomérat, qui a atteint 12 milliards d'euros en 2011 alors que ses actifs s'élèvent à 35 milliards d'euros. Grâce à Aigle Azur,Hainan Airlines - dont la flotte compte 270 appareils - s'ouvre vers l'Europe: un Paris-Pékin sera lancé en mars prochain avec cinq ou six fréquences hebdomadaires en A 330-200. Un Paris-Shanghaï pourrait suivre quelques mois plus tard. Mais le groupe chinois va aussi pouvoir desservir l'Afrique, où Aigle Azur opère depuis l'origine. La compagnie bleue dessert en effet l'Algérie, le Mali, la Tunisie.

    «Aigle Azur va pouvoir profiter de nos 35 millions de passagers, auxquels nous allons proposer des services en Europe et en Afrique, a déclaré mardi le président de HNA, Chen Feng. Aigle Azur n'est pas une grande compagnie mais elle représente une bonne semence pour le transport de passagers et de fret. Elle ne peut pas se développer sans l'aide et la coopération d'une grande entreprise.»

    La France après le Ghana et la Turquie

    En comparaison, la compagnie française paraît effectivement modeste: elle ne dispose que de douze avions et son trafic n'a pas dépassé deux millions de passagers en 2011. De son côté, HNA est prêt à tisser sa toile avec d'autres participations dans des compagnies situées dans des régions stratégiques.

    Une entreprise conjointe, Africa World Airlines, a été créée au Ghana en collaboration avec le gouvernement ghanéen pour desservir un réseau domestique. L'an dernier, HNA a aussi investi dans ACT une compagnie turque spécialisée dans le fret. Et le PDG du groupe chinois assure qu'il a d'autres projets d'acquisitions dans ses tiroirs.

    «Les discussions ont duré un peu plus de deux ans, c'est le temps qu'il fallait», a indiqué lors d'une conférence de presse Arezki Idjérouidène, le président de GoFast, le holding familial. Les dirigeants de GoFast assurent qu'ils conserveront les commandes de leur entreprise même si plusieurs administrateurs chinois vont siéger au conseil d'administration. «Nos partenaires seront consultés pour toutes les décisions stratégiques: le déploiement de nouveaux appareils, les nouvelles destinations», résume Meziane Idjérouidène, le directeur général d'Aigle Azur.

    « Le monde est fabuleux !Plage de mon enfance »
    Partager via Gmail Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :