• Tassili n’Ajjer

    Tassili n’Ajjer : L’essentiel de l’art rupestre mondial, c’est en Algérie !

     

    le 18.11.15 | 10h00

     

      Partout dans le Tassili, se trouve des sites culturels, des monuments historiques, de célèbres gravures et des peintures rupestres ainsi que des outils archéologiques de l’homme préhistorique qui font que l’essentiel de l’art rupestre mondial soit en Algérie » affirme Hafida Hadj Amer, sous directrice de l’Office national du parc culturel du Tassili (Onpcta) d’Illizi.

    Les lames, les lamelles, les pillons, les haches, les fléchettes, la parure en coquille d’œuf d’Autriche, surtout à Erg Admer sont le témoignage d’une civilisation plusieurs fois millénaire qui a vu le jour au Tassili depuis des siècles et des siècles ajoute t-elle.

    Patrimoine naturel

    Le parc culturel du Tassili constitue une région ou la biodiversité est d’intérêt universel. Elle  comprend plusieurs espèces d’animaux, la gazelle Dorcas, Rhyme, Cuvier, le fennec, le renard, l’aigle royal, les serpents les vipères, le mouflon à manchette, les poissons dans les gueltas et  guépard qui est en voie de disparition à Imihrou et Tahihaout. La flore du Tassili se trouve tout au long des oueds sableux et graveleux de cette région, telles que Absagh (l’acacia raddiana ou le gommier), Tabrakèt (le tamarix), Torha (asclépiadacée arborescente), Alkedh (la coloquinte) ainsi que plusieurs plantes médicinales à l’instar de Taâtayet (plante médicinale rénale) qui se trouve exclusivement à Tasset et Dider.

    Le parc culturel de Tassili renferme plusieurs points d’eaux et gueltas à l’instar celui d’Iherir, classée parmi les zones humides d’intérêt mondiale aux termes de la convention RAMSAR (Unesco 2001), qui regroupe la majorité des oueds du Tassili (Adjeriou, Imihrou, Djerat, Tekhamelt, Tin Torha, Samen, Tighemmar, Temmadjert, Afara, Sirouenet et Hounedj.

    De célèbres sites à découvrir !

    Oued Djerat, le premier site classé dans le parc, 4000 gravures et quelques peintures ont été inventoriées par l’équipe d’Henri Lhote en 1959 tout au long de l’Oued Djerat (près de 60 km de long, qui comprend 75 stations).

    Plateau de Dider : Réputé par le site de Tin Taghirt, une magnifique dalle, connue mondialement, sur laquelle sont gravées la faune de la savane; le guépard, des bovins, des lapins, rhinocéros, des girafes, des figures humaines à têtes rondes, des pasteurs et des nomades. C’est la gazelle ou petite antilope gravée sur cette dalle qui a été reprise sur le billet de 1000 DA.

    Ce site comprend un poste de surveillance de l’Office national du parc culturel du Tassili (Onpcta) qui travaille H-24.

    Plateau de Fednoun : Riche de belles peintures rupestres situées dans les grottes, à l’instar de celle d’Ougdaden et tous les oueds de Fednoun.

    Tasset : Un paisible site touristique composé de dunes et de grottes de l’homme préhistorique abritant de belles peintures rupestres d’une extraordinaire finesse, datant de la période bovidienne, à l’instar de la grotte d’Ikadenouchir et la grotte de Tin Tahadhaft.

    Imihrou : Connu par les merveilleuses peintures du site d’Adagh n’Azreb; la baleine, le crocodile, les girafes. Imihrou c’est un site purement géologique qui reçoit les géologues du monde entier et les étudiants de différentes universités du pays.

    Vallée de Temmadjert : Un site riche en gueltas et en gravures situées dans les différentes grottes, à l’instar de la grotte d’Azarou, illustré par des représentations de la période caballine, des scènes de guerre ; pasteur à chars et à cavalerie, scènes de danse, instruments de musique, scène de chasse, groupes de femmes, la coiffure des femmes et des scènes de la vie quotidienne.

    La plaine d’Afara, (ou le plateau d’Ifdaniouèn) : C’est le plateau de la pierre ponce, un autre haut lieu de l’art rupestre, non loin de Temmadjert, il s’agit d’une grande H’mada avec plusieurs montagnes volcaniques de différentes formes pleines de grottes, elle renferme des plus grandioses paysages du Sahara, c’est le coin idéal pour découvrir la faune Tassilienne.

    L’oasis d’Aharhar : Havre de verdure située dans un couloir entre les montagnes, pleine grottes, d’abris sous-roches et de gueltas où la vue est magnifique. Aharhar est connue par le Fort du combattant Ibrahim Ag Bekkada, même le colonisateur y abrita un Fort appelé le Fort d’Aharhar, sans oublié l’écriture Tifinaghe, datée de la période cameline qui se trouve partout dans les parois rocheuses à travers le Tassili.
    Tigherghart : (la vache qui pleure), site connu mondialement, c’est la destination phare des touristes étrangers et nationaux.

    Il est utile de noter, enfin, que le plateau du Tassili est riche de bien d’autres sites, encore plus beaux tels que les grottes de Medak, Sefar, Tin Zoumïtek, Jabarren (l’une des plus importantes forêts de pierre) à Djanet ainsi que les cavernes de Tahihaout, les cascades d’In Algo, Tanezrouft, Tebtab, les magnifiques peintures rupestres d’Iskaouène, Tallaouine et Tihina M’djerhla, dans la région de Temassinine,  pour ne citer que celles-ci.
     

     

    Bouda Brahim

     

     

     

     
    © El Watan
    « Quand la firme Bayer achetait « des lots de femmes » à AuschwitzJeux olympiques d'hiver 2018 »
    Partager via Gmail Technorati Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :