• Les 7 dormants

    Les VII Dormants d'Ephèse

    Les VII Dormants sont sept jeunes chrétiens d'Ephèse qui se sont cachés dans une caverne, non loin de la ville,  pour échapper à l'obligation de sacrifier aux dieux de Rome et de manger des viandes impures, ainsi que l'avait ordonné l'empereur Decius (r. 250-251). Emmurés vivants avec leur chien, ils tombent dans un mystérieux sommeil, puis se réveillent pour quelques heures, en 448, alors que règne à Byzance l'empereur Théodose II. Cette histoire miraculeuse qui fait des Sept Dormants des témoins anticipés de la Résurrection, mais aussi des héros de l'abandon à Dieu dans la solitude, appartient à la religion chrétienne comme à la religion musulmane. En Orient chrétien où la vie spirituelle est centrée sur Pâques, leur histoire est retranscrite en syriaque par l'évêque Jacques de Saroug (451-521). L'Eglise grecque, qui fixe leur fête le 22 octobre et le 4 août, les fait figurer dans son premier abrégé de la vie des saints.

    Ce n'est pas un hasard si la grotte obscure qui les préserve se situe à Ephèse où l'on adorait, à l'époque païenne, Diane-Artémis, déesse de la clarté nocturne, où l'on consultait le destin dans le sommeil et les rêves, où Marie-Madeleine, la Vierge et Jean l'Evangéliste, viennent trouver refuge après la première persécution de Jérusalem. Ce sera, pour Marie, le lieu de la Dormition. C'est aussi à l'entrée de leur caverne que la Madeleine est inhumée.

    L'Occident chrétien les célèbre le 27 juillet. Leur histoire a été traduite deux fois en latin par Grégoire de Tours vers la fin du VIe siècle. Mais elle a pu être transmise par les pèlerins revenant d'Ephèse, par des poèmes chantés narrant la vie des saints ou par des marchands grecs remontant la vallée du Rhône ou naviguant vers l'Angleterre à la recherche de l'étain. Sur leur culte, se greffe la très ancienne vénération agraire et stellaire des 7 Pléiades (les suivantes d'Artémis), dont la rosée vivifiait chaque année les récoltes de juillet. Très tôt, on trouve en Europe des cavernes et des tombeaux attribués au VII Dormants. Tout d'abord à Rome et à Marseille (église Saint-Victor), puis dans divers points de la vallée rhénane. En France du Centre et de l'Ouest, les grottes de Marmoutiers près de Tour, et la crypte-dolmen de Stiffel, près du  Vieux-Marché (Côtes d'Armor), leur sont consacrées.

    En Islam, le récit des VII Dormants apparaît dans la sourate XVIII du Coran, sourate intitulée  al-Kahf : « la Caverne ». Considérée comme une des plus importantes, ses 110 versets sont en principe récités tous les vendredis. Le Coran rappelle la profession de foi des sept jeunes gens face à un monde impie, leur retraite dans une caverne dont l'entrée s'ouvre vers le midi, leur bercement mystérieux dans la main de Dieu, la discussion sur la durée de leur sommeil, la quête par l'un d'eux, après leur réveil, d'une nourriture licite (azkâ ta'aman). Les versets qui suivent ont pour sujet la conduite divine des événements, la recherche de la Source de Vie par les Prophètes al-Khadir et Elias, le Mur de Gog qui protège la Communauté des Croyants. C'est ainsi que les sept garçons d'Ephèse ont été souvent assimilés aux Abdâl, aux Saints Protecteurs, et que la sourate XVIII, qui rassemble ces thèmes trans-historiques, est appelée « l'Apocalypse de l'Islam ».

    Le culte des VII Dormants est le seul qui soit autorisé dans le monde musulman. Aux versets 18-21, il est dit qu'on leur consacre une masjid, une mosquée. Comme chez les chrétiens, des cavernes transformées en oratoires leur sont consacrées. On en trouve à Damas, sur la pente du mont Qasiyûn ; en Jordanie, à Raqîm ; au Caire, au Muqattam, dans la crypte de Maghawrî ; en Algérie, à Guidjel, près de Sétif,  mais aussi à N'gaous, au Cap Matifou, à Foum El-Toub; en Tunisie, à Beja, à Tozeur et à Mides; au Maroc, à Sefrou ; en Espagne, à Loja près de Grenade et à Gandia de Valence; dans le Turkestan chinois, à Toyûq.

    Ils ont été souvent représentés dans les miniatures. Une oeuvre de Tabriz, exécutée au XVe siècle d'après une peinture chinoise, les montre pelotonnés avec leur chien dans la plénitude d'un cercle parfait, à la manière des trois saints bouddhistes sommeillant avec leur tigre. Plus intéressante est la consécration de la flotte ottomane aux VII Dormants d'Ephèse, leur bercement surnaturel évoquant celui des vagues. La « nef des Sept Dormants », sous le calame des calligraphes, rejoint alors l'image de la Safina, le Navire Argo des astronomes arabes, constellation placée à 30° du pôle Sud, voisine de Suhayl (Canope). C'est d'ailleurs sur le pôle Sud, signalé par la double nébuleuse des Nuages de Magellan, unique fenêtre hors de notre Galaxie, que les marins arabes de l'Océan indien orientaient leur gouvernail.

    Quelles que soient ces résonances, chrétiens et musulmans ont considéré les VII Dormants comme d'authentiques présages de la Résurrection et du Repos, comme des témoins de l'action de l'Esprit sur le corps, de la sauvegarde de la Personne dans l'enveloppe de l'âme[1]. Cette croyance partagée par les confessions monothéistes a engagé l'Orientaliste Louis Massignon à instituer, en 1954, dans la crypte-dolmen de Stiffel, une pèlerinage rassemblant des représentants des trois religions abrahamiques. A cette occasion, une messe est célébrée et la sourate de la Caverne est récitée en arabe.

    NOTE


    La Caverne des Sept Dormants évoque l'arche de Noé où les espèces sont sauvegardées du Déluge. On notera qu'un même mot en hébreu, comme en arabe, désigne le cénotaphe et l'arche : tabot.

    BIBLIOGRAHIE DE REFERENCE


    Massignon L., Opera Minora, Tome III, 1969

    Articles « Les Sept Dormants » Apocalypse de l'Islam, 1950, pp 104 118

    « Le Culte Liturgique et populaire des VIII Dormants Martyrs d'Ephèse (Ahl al-Kahf) : Trait d'union Orient-Occident entre l'Islam et la Chrétienté ». Etude réunie par Youakim Moubarac en 1961, pp 119-180

    http://www.qantara-med.org/qantara4/public/show_document.php?do_id=1404

    « Comprendre-la-guerre-en-Libye-3-3.Enfance abandonnée . »
    Partager via Gmail Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :