• Le risque .France Diplomatie .

    Sécurité


    Dernière mise à jour le : 14 novembre 2018 - Information toujours valide le : 29 décembre 2018
    RISQUES ENCOURUS ET RECOMMANDATIONS ASSOCIÉES

    Risque terroriste

    L’Algérie a mené dans les années 90 une lutte systématique contre le terrorisme. La menace persiste, à un niveau réduit. Les forces de sécurité restent engagées dans la lutte contre les réseaux qui subsistent sur son territoire. Des opérations sont menées quotidiennement pour démanteler les cellules terroristes et leurs réseaux logistiques et de soutien. D’importants déploiements sécuritaires concernent Alger et les principales villes du pays.

    L’engagement de la France dans la lutte contre le terrorisme international fait des intérêts et des ressortissants français une cible déclarée des groupes terroristes.

    Il convient donc d’être attentif à l’évolution de la situation sécuritaire, notamment pour les déplacements et de se conformer aux instructions que les autorités algériennes peuvent donner localement.

    Risque naturel

    L’Algérie, située à la convergence entre les plaques Eurasie et Afrique, est une zone à forte sismicité. Les principales failles actives sont localisées au niveau de l’Atlas. Au cours de son histoire, le pays a connu plusieurs séismes destructeurs (1715, 1954, 1980 et 2003) et enregistre chaque année plusieurs tremblements de terre d’ampleur modérée. Pour plus d’informations sur la conduite à tenir en cas de séisme, consulter la fiche "Risque naturels".

    Risques liés aux transports

    Les accidents de la route sont responsables de plusieurs milliers de morts chaque année. Les chiffres officiels font état de plus de 4 000 morts et 70 000 blessés par an. L’organisation mondiale de la santé (OMS) estime le bilan à plus du double en prenant en compte les décès survenus dans le mois suivant l’accident (critères OCDE). De construction récente, les 115 000 km du réseau routier et autoroutier se dégradent rapidement. Le manque d’infrastructures autoroutières (aires d’arrêt, postes de secours…) est criant et les équipements de sécurité peu nombreux et de mauvaise qualité.

    Délinquance

    Il convient de respecter les règles élémentaires de vigilance et ne pas adopter de comportements ostentatoires.

    ZONES DE VIGILANCE

    Zones formellement déconseillées

    • Zones frontalières : l’Algérie compte 6 400 kilomètres de frontières terrestres notamment avec des pays en situation d’instabilité (Libye, Mali, Niger). Malgré un dispositif sécuritaire important, les frontières ne sont pas étanches. De nombreux trafics et activités de contrebande menées par des réseaux transfrontaliers ont lieu dans certaines zones, notamment aux frontières du sud et de l’ouest du pays. De manière générale, les zones frontalières sont formellement déconseillées, d’autant que des groupes terroristes sont actifs dans certains pays voisins.
    • Au nord-est, entre Jijel et Skikda : il convient d’éviter cette zone en raison de la présence de groupes terroristes.
    • A l’est, près de la frontière tunisienne : il convient d’éviter cette zone, notamment entre Kenchela et Tebessa (présence de groupes terroristes).

    Zone déconseillée sauf raison impérative

    • Nord-est (est d’Alger jusqu’à la frontière tunisienne) : des groupes terroristes résiduels subsistent dans ces massifs montagneux.
    • Wilaya d’Aïn Defla : des groupes terroristes subsistent dans la région.
    • Wilaya de Batna : des groupes terroristes résiduels subsistent dans ces massifs montagneux.
    • Centre du pays : zone de passage qui peut être utilisée par des contrebandiers et des trafiquants en tous genres.
    • Frontière terrestre avec le Maroc : la frontière étant fermée depuis août 1994, il est déconseillé de s’en approcher.
    • Région de Tindouf, à l’ouest : cette région accueille des camps de réfugiés sahraouis, en situation de grande vulnérabilité, dans une région politiquement sensible et sous fort contrôle militaire.

    Le reste du pays est en vigilance renforcée.

    JPEG - 274.2 ko
    RECOMMANDATIONS GÉNÉRALES

    Dans les centres urbains, il convient :

    • d’éviter les zones périphériques et de privilégier les hôtels en centre-ville ;
    • ne pas transporter tous ses papiers et son argent dans un seul sac et sortir avec le strict minimum ; conserver en lieu sûr (dans le coffre de votre chambre d’hôtel par exemple) de l’argent voire votre passeport (ne circuler qu’avec une photocopie si vous restez dans le périmètre de l’hôtel) ;
    • ne pas sortir des axes routiers importants et ne pas conduire de nuit.

    En cas de déplacements avec escorte, roulez à votre rythme sans chercher à tout prix à suivre la vitesse de l’escorte, qui peut être excessive.

    Évitez les rassemblements de population et les manifestations.

    Il est conseillé, avant de se rendre sur une plage, de se renseigner auprès de l’hébergeur sur :

    • les tenues de bain autorisées pour la baignade, en particulier pour les femmes ;
    • la qualité des eaux de baignade (pollution) ;
    • la fréquentation.
    ACTIVITÉS SPORTIVES A RISQUE

    Comme sur les routes, l’incivisme de certains est observé en matière de conduite des véhicules nautiques à moteur. Une grande vigilance est nécessaire si un jet-ski évolue à proximité des lieux de baignade, d’autant que les zones de baignade ne sont pas séparées des zones d’évolution des jet-skis.

    Les randonnées dans le désert saharien sont possibles après accord des autorités locales et en restant sur les parcours surveillés par l’armée. L’emploi d’un guide reconnu localement et une bonne préparation physique sont fortement recommandés.

    Source : https://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs/conseils-par-pays-destination/algerie/

    « Talleyrand : le diable boiteuxMultiples documentaires concernant l Algerie »
    Partager via Gmail Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :