• Fleur d'oranger

    Elle avait à peine quinze ans,
    elle jouait encore à la poupée
    Elle avait de grands yeux d'enfant,
    je l'appelais Fleur d'oranger

    Quand nous sommes venus au pays,
    c'était la saison des lilas
    Je ne savais rien de la vie
    bien que je sois déjà soldat

    Dans ces montagnes isolées,
    des dissidents y'en a partout
    C'est pas facile de les trouver,
    l'armée n'en vient jamais à bout

    Au cours des tout derniers combats,
    nous fûmes pris entre deux feux
    Et nous perdîmes pas mal de gars
    au fond d'un ravin rocailleux

    Trois soldats de ma compagnie,
    un soir sont sortis des camions
    C'était un peu avant minuit
    sous le ciel chantaient les grillons

    Le ciel sentait bon le jasmin,
    dans la nuit brillait un croissant
    Il avait le blanc de tes seins,
    un vent chaud soufflait du levant

    Ils ont surgi soudain tous trois
    par la porte de sa maison
    L'un d'eux lui attacha les bras,
    un autre arracha son jupon

    On l'a trouvée dans son lit bleu,
    pâle et vidée de tout son sang
    Les larmes collaient ses cheveux,
    le soleil baignait le couchant

    On a vite étouffé l'affaire,
    personne n'a rien su à Paris
    Ce ne fut même pas un fait divers,
    qu'un incident en Algérie.

    Paroles et musique: Hugues Aufray 1972 .

    Une chanson contre la guerre d Algerie .

    « NASEEM AKHTAR, LA FEMME QUI A COUSU LE CORAN EN 32 ANS.Jacques Brel - La colombe »
    Partager via Gmail Technorati Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :